Welcome!

Big Data Journal Authors: Elizabeth White, Liz McMillan, Kevin Benedict, Pat Romanski, Andreas Grabner

News Feed Item

Artprice T4 2013 : Croissance à deux chiffres, modèle gratuit n'impactant pas le C.A. validé. Objectif 10 millions de clients, le Marché de l'Art connaît une croissance sans précèdent

PARIS, February 13, 2014 /PRNewswire/ --


         CA en Keuros         4T 2013        4T 2012    Variation en %
           Internet             1791           1387           +29%
    Opérations de courtage
    au enchères par la
    Place de Marché
    Normalisée*                    6             11           -45%
    Indices et autres
    prestations                  136            178           -24%
     Total 4eme Trimestre       1933           1576           +23%


         CA en Keuros           2013          2012      Variation en %
           Internet             5332          4664           +14%
    Opérations de courtage
    au enchères par la
    Place de Marché
    Normalisée*                   53            57            -7%
    Indices et autres
    prestations                  340           335            +1
       Total Ca Annuel          5725          5056           +13%


*Non significatif. En cours de transfert

Les chiffres du 4 t 2013 sont en progression avec une croissance à 2 chiffres de +23% du CA total et de +29% pour l'Internet. Ils confirment ainsi le pari industriel d'injecter 540 millions de données alphanumériques gratuites, de manière contractuelle à Google Inc.

Le véritable succès économique réside dans le fait qu'Artprice n'a pas perdu de chiffre d'affaires et en a même gagné, avec une croissance à 2 chiffres, ce que la presse écrite et de nombreux éditeurs, hélas, ne peuvent revendiquer sauf en de rares cas. Fort de ce succès industriel, validé par ses chiffres, Artprice va continuer plus que jamais d'injecter sous différents formatages, ces centaines de millions de nouvelles données alphanumériques gratuites dans les mêmes conditions juridiques pour 2014 et 2015.

Pour simple information, depuis le déploiement en test de nouveaux formatages de data en septembre 2013, Artprice constate une augmentation de 29% au 4 T 2013 sur le chiffre d'affaires Internet, par rapport au 4 T 2012.

En effet, a contrario de la presse écrite dans le monde, qui est confrontée à une crise sans précèdent car elle ne trouve pas encore de modèle rentable avec l'Internet, Artprice, depuis début janvier 2014, a accéléré l'injection de 80% de ses données en mode gratuit dans Internet avec 540 millions de data en mode freeware (licence informatique propriétaire distribuée gratuitement sans toutefois conférer à l'utilisateur certaines libertés d'usage) par ses accords avec Google (depuis 2003) puis Baidu (Chine).

Artprice détermine avec précision la bonne césure dans la valeur ajoutée de ses données, en ne gardant en mode payant que les 20% de la donnée où la valeur ajoutée déterminante réside, cautionnant ainsi la véracité des 80% de part gratuite.

Le modèle qui est solidement validé va même permettre à Artprice, une augmentation de ses tarifs dès février 2014 sur les 20% de data payantes. De même, une politique de durcissement anti-fraudeurs se met en place. Cette économie numérique en pleine croissance mondiale se nomme " freemium ", où le principal est gratuit et la valeur ajoutée payante.

Selon thierry Ehrmann, Président et fondateur d'Artprice, cela démontre la capacité exceptionnelle d'Artprice à générer de nouveaux clients qualifiés et de viser à terme (horizon 2014/2015) plus de 10 millions de profil clients avec leurs modes comportementaux grâce notamment  à l'aide conséquente des réseaux sociaux, dans le respect des textes en vigueur, sans la moindre perte de C.A. avec un résultat positif et un accroissement des fonds propres (c.f. 2012).

Ces masses de données gratuites en mode freeware très importantes pour le Marché de l'Art vont continuer à modifier radicalement la structure de la connaissance de ce marché historique et très archaïque et donc faire migrer les transactions physiques vers l'Internet de par la normalisation des œuvres permettant ainsi la dématérialisation comme la corbeille et les carnets d'ordres face aux bourses électroniques (ECN).

Les chiffres d'Artprice qui ont été clôturés en 2013 valident en tous points cette stratégie et ont permis d'acquérir durant cet exercice une masse considérable de nouveaux clients avec leurs modes comportementaux, dans le strict respect des textes en vigueur en France, en Europe et aux USA notamment.

Les informations personnelles constituent un bien très précieux pour les principaux acteurs d'Internet (exemple : Amazon, Apple, Facebook, Google et Microsoft). Ces géants peuvent ainsi mieux anticiper les demandes des internautes et leur proposer des réponses payantes très ciblées. «Les données personnelles sont devenues une nouvelle matière première», selon J. Colin, expert chez Roland Berger Strategy Consultant. Selon ce célèbre institut d'études qui vient de publier une analyse sur «la gestion et l'exploitation des données des utilisateurs», le secteur est en croissance exponentielle car la production et la quantité de données générées sur Internet sont en pleine expansion.

Une tendance qu'Artprice a acquise en pionnier, à travers le Big Data et l'analyse de milliards de logs de comportements de ses clients dans le respect des législations nationales, européennes et américaines. Pour la France, l'institut d'études Roland Berger estime le simple marché français sur les données personnelles comme un marché de 100 milliards de dollars (cf. Le Figaro).

Pour rappel, Artprice opère sur 72 pays et, au regard des critères de cette étude, ne peut que constater que la valorisation des données comportementales relatives au Marché de l'Art positionne les données d'Artprice en haut de l'échelle de Roland Berger Strategy Consultant.

Ces données, qui ne sont pas activées dans le bilan d'Artprice, constituent pourtant de très loin, sa richesse principale, d'où une double cotation en réflexion avancée sur une bourse étrangère qui maîtrise et valorise cet actif immatériel que la place de Paris ignore par faute de référents.

Concernant sa Place de Marché Normalisée aux Enchères, Artprice ne peut que constater la volonté très clairement affichée et sans ambiguïté du Conseil des Ventes Volontaires (Instance de régulation française du Marché de l'Art) de modifier à nouveau la loi du 20 juillet 2011 (2011-850) et notamment l'article 5, sous lequel Artprice a bâti son cahier des charges et sa Place de Marché Normalisée aux Enchères en tant que "infrastructure permettant la réalisation d'opérations de courtage aux enchères réalisées à distance par voie électronique".

Cette position inconcevable mène ainsi Artprice à redévelopper intégralement cette activité en Asie, plus particulièrement à Hong Kong avec de nouvelles plates-formes bancaires pour 2014.

Pour mémoire, Artprice rappelle que la France s'est vue sérieusement remise à l'ordre par la vraie fausse réforme du 10 juillet 2000. De surcroît, la France a produit, pour sa deuxième réforme de 2011, une nouvelle loi suite à la directive européenne sur les services, avec deux années de retard, tout cela pour préserver les intérêts des acteurs français, ce qui n'a pas empêché le déclin de la France, reléguée désormais avec 4% de parts de marché fine art et moins de 2,7% sur le segment contemporain.

Artprice a donc pris connaissance par la presse, d'une troisième "réforme" française sur les enchères d'art en préparation visant principalement les acteurs de l'Internet. Cette démarche se passe de tout commentaire. Cet incroyable posture française pour annihiler les enchères d'art sur Internet illustre parfaitement le climat économique et politique actuel en France.

Cette focalisation du Conseil des Ventes, avec des déclarations publiques récurrentes telles que: "les géants du net Artprice et Ebay ont créé une confusion vis-à-vis des consommateurs", vient corroborer la décision d'Artprice d'annoncer en Assemblée Générale d'installer intégralement sa Place de Marché Normalisée à prix fixe et aux enchères en Asie où se réalise plus de 50% du Marché de l'Art mondial, avec une prévision pour 2015 de 70% (Cf. Evénements futurs: Déplacement du cœur industriel de Artprice à Hong Kong http://www.actusnews.com/communique.php?ID=ACTUS-0-32651).

Cette démarche relève de l'acte de gestion salutaire et bénéfique pour Artprice, ses clients, ses actionnaires français et étrangers au regard de l'état des lieux du Marché de l'Art et des entraves en France.

Artprice rappelle que sa Place de Marché Normalisée à prix fixe (pour laquelle elle ne perçoit aucune commission) croît de manière conséquente d'année en année depuis 2005, notamment sur l'année 2013.

Le Marché de l'Art est en pleine croissance

Enfin en dehors de la France, le Marché de l'Art est en pleine croissance avec pour 2013, la meilleure année jamais enregistrée en terme de chiffre d'affaires et l'indice global des prix de l'art (Artprice Global Index) prend 15 points cette année, au profit d'une hausse général de l'ordre de 80 % en 10 ans.

2014 s'annonce déjà comme une année record, confirmant que le Marché de l'Art est une véritable valeur refuge et désormais un véritable marché avec une abondante liquidité par la croissance exponentielle des acheteurs et vendeurs. Pour autant le taux d'invendus est linéaire depuis 10 ans, ce qui signifie qu'il n'existe pas de spéculation de type achat ATP et que la croissance du Marché de l'Art est vertueuse .

Il est bon de repréciser que le Marché de l'Art est passé des 500 000 grands collectionneurs de l'après-guerre à plus de 70 millions de consommateurs, amateurs et collectionneurs d'art dans le monde. Les chiffres du rapport annuel témoignent de cette révolution sociologique sur le Marché de l'Art. Historiens comme Sociologues attestent de cette mutation phénoménale du Marché de l'Art, ces 15 dernières années.

Artprice en exclusivité avec l'AFP sortira les chiffre clés de son rapport annuel du Marché de l'Art la semaine prochaine et que reprennent par son rapport ,chaque année, 6 300 médias dans le monde.

Evénements futurs

Artprice opérera cette transformation avec un nouveau développement informatique de l'intégralité de la Place de Marché Normalisée à prix fixe et aux enchères, avec une extrême simplicité pour les clients, Artprice n'ayant pas à subir les contraintes malheureuses et invraisemblables imposées par la France. Artprice a donc réécrit l'intégralité de sa place de Marché à Prix Fixe et aux enchères ainsi que les différentes banques de données.

En décembre 2013, Artprice a mis  en ligne en version bêta, sa nouvelle Place de Marché Normalisée avec un design particulièrement  attractif et intuitif demandé par ses clients. La version bêta déployée en décembre 2013 fonctionne parfaitement avec des retours clientèles élogieux. Artprice sera donc conforme à ses calendriers malgré les tracasseries administratives françaises invraisemblables qui expliquent entre autres la place de mauvais élève de la France dans le Marché de l'Art malgré ses atouts historiques incontestables.

Pour cette nouvelle version bêta, Artprice a fait en sorte que, quel que soit le smartphone, la phablet, la tablette, le système d'exploitation, notamment Androïd, IOS et Windows Phone, soit près de 7 000 versions toutes cumulées, l'utilisateur d'Artprice n'aura absolument plus besoin de télécharger des applications. Tout est écrit pour que l'utilisateur d'Artprice, quel que soit son mobile Internet dans le monde, ait Artprice en version optimisée, avec une ergonomie très intuitive.

Le futur site en ligne inclura les nouveaux modes de paiement comme bien sûr le kiosque, avec la possibilité pour Artprice de mettre ses banques de données au cœur de l'opérateur 4G/LTE, sans aucun risque de piratage d'un tiers. Bien évidemment, les kiosques 4G, LTE (Long Term Evolution) en Asie et aux USA à terme sont un formidable relais de croissance pour Artprice avec les kiosques payants de type Apple iTunes.

Pour 2014, l'ensemble des grands bureaux d'études émet un consensus sur le fait que la majorité des accès à Internet se feront dans le monde  entier avec des objets mobiles (smartphones, phablet, tablettes, NetTV…), en utilisant des réseaux sans fil. Selon eux, en 2014 sur une année pleine, 2,8  milliards de personnes utiliseront des objets et réseaux mobiles pour accéder à Internet et dépasseront pour la première fois les 2 autres milliards d'internautes sur réseaux fixes.

La domination commerciale de l'Internet mobile colle parfaitement à Artprice, car sa clientèle est par nature nomade, aisée et a besoin d'informations dans le feu de l'action (Galeries, Salles des ventes, Expertises…). L'Internet mobile pour Artprice devrait représenter sous peu de temps 80% de ses consultations. Artprice, en janvier  2014, est déjà à près de 61 % (iOS, Android). Ce chiffre est très supérieur à la moyenne de 34% rencontrée sur les sites marchands au 1er semestre 2013 .

Artprice considère que ce nouveau paradigme économique de l'Internet mobile est irréversible ainsi que l'arrivée très récente des "Silver surfeurs" que sont les plus de 50 ans, amateurs et collectionneurs d'art, à haut pouvoir d'achat et principaux utilisateurs d'Artprice, qui font désormais d'Internet leur terrain de prédilection pour la recherche d'œuvres d'art dans le monde avec les tablettes et smartphones à grand écran qui correspondent parfaitement à leurs cultures de Seniors. Le P.C. représentait pour eux, une vraie barrière psychologique pour accéder à Internet et donc à Artprice.

Les derniers chiffres des bureaux d'études indiquent que les 50 ans CSP+ sont ceux qui se connectent désormais le plus massivement à l'Internet mobile, ces chiffres extérieurs abondent dans le sens d'Artprice.

En s'appuyant sur les différentes données, notamment celles de l'office européen de statistiques Eurostat, 63% des Européens ont acheté un bien ou un service sur Internet, (74% aux USA) en 2013.

Artprice note, par ailleurs, que les plus grandes Maisons de Ventes en 2013, qui se targuaient de plusieurs siècles d'existence, ne jurent plus désormais que par l'Internet où selon leurs propres propos, le middle market, qui représente 81% du Marché de l'Art mondial, est en train de muter sur Internet. C.F. Entretien de thierry Ehrmann, PDG d'Artprice, suite à l'interview du CEO de Christie's.

http://www.actusnews.com/communique.php?ID=ACTUS-0-34664

De même, la vente d'œuvres d'art par les géants anglo-saxons et asiatiques de l'Internet est une formidable opportunité pour les banques de données normalisées ISO Artprice d'artistes et d'œuvres fine art, auxquelles leurs clients pourront être reliés.

Les process industriels d'Artprice (tous protégés au titre de la propriété intellectuelle aux USA, Europe et grande Asie) qui normalisent le Marché de l'Art (ID artiste/bio, ID œuvre/traçabilité, ID catalogue raisonné, ID estimation/économétrie, ID indice, ID image, ID bibliographie, ...) avec des centaines de millions de données propriétaires sont en train de se déployer dans l'Internet avec, sur 2014/2015 les bases de données en clair de l'intégralité des œuvres et de leurs traçabilités (de 1700 à nos jours) dans le Marché de l'Art pour générer une nouvelle accélération très forte du fichier clients mais aussi par le développement des A.P.I. ouvertes réalisées sous architecture REST.

De telles banques de données normalisées, qui s'enrichissent tous les jours, sont le fruit de dizaines d'acquisitions dans le monde par Artprice et plus d'un million d'heures de ses Historiens, Rédacteurs et Développeurs de 1997 à 2013 (c.f. détail et historique intégral dans le document de référence Artprice 2012 A.M.F. du 1er octobre 2013). Sans aucune contestation possible, les banques de données d'Artprice en 6 langues, dont le mandarin, sont reconnues indiscutablement comme les plus exhaustives au monde par l'ensemble des professionnels de l'Art.

En outre, Artprice a bâti son modèle économique en écartant le poste publicité en ligne, la culture du groupe n'étant pas de vendre prioritairement de l'espace publicitaire. Ceci dit, le fait d'injecter des centaines de millions de données prioritaires dans Internet fait qu'invariablement, Artprice est incontournable. Artprice a donc des acteurs du Marché de l'Art, principalement des galeries et des Maisons de Ventes qui lui demandent spontanément des campagnes sur mesure.

D'où pour 2014, la création d'une régie publicitaire qui inclura entre autres de la vidéo en format court. Ce changement de culture n'est pas un problème, mais plutôt une réponse construite à une demande entrante naturelle, sans que Artprice ait besoin de démarcher des clients.

De même, Artprice dès le 2T  2014, va déployer l'ensemble de ses services et produits qui seront intégrés nativement par des A.P.I. (interface de programmation) dans les réseaux sociaux après 18 mois de test  sur Facebook, Tweeter et Artprice Insider.

D'ores et déjà, Artprice confirme officiellement qu'au regard des chiffres de Facebook, et de Socialbakers, Leader mondial de l'analyse des logs de Facebook, Artprice a créé la plus grande communauté mondiale qui s'intéresse spécifiquement à l'information sur le Marché de l'Art, avec plus de 9 millions de membres mensuels.

Par ailleurs, Artprice sur sa page officielle Facebook dégage un engagement logarithmique supérieur à 85, ce qui signifie en langage simple, que la communauté mondiale créée par Artprice possède un très fort degré d'implication et de redistribution de l'information qu'Artprice développe pour Facebook.

De même, avec l'analyse de Socialbakers, l'Asie, principalement la Chine, domine nettement la page officielle Facebook d'Artprice. D'où l'intérêt d'avoir bâti un deuxième réseau social propriétaire où les membres apparaîtront nominativement dans le réseau dénommé "Artprice Insider" qui a été développé avec des experts et consultants en réseaux sociaux.

La logique retenue est de placer un réseau social puissant et ouvert de type Facebook qui permet à Artprice de capitaliser de nouveaux clients en masse dans différentes langues, avec des barrières strictes en terme d'échanges. Par la suite, ces nouveaux clients vont accéder à Artprice Insider sur lequel leur véritable identité ainsi qu'un indice de confiance leur permettront d'échanger à découvert, entre membres, des informations sensibles sur le Marché de l'Art qui ne peuvent bien évidemment pas être abordées sur un réseau grand public.

Ce retard a été bénéfique pour Artprice qui a pu ainsi inclure Twitter dans son fil d'information comme le réseau social destiné principalement aux émetteurs d'informations primaires de type agences de presse comme Artprice.

http://www.artprice.com (c)1987-2014 thierry Ehrmann

Pour les nouveaux actionnaires, Artprice vous invite à lire : "Entretien exclusif de thierry Ehrmann avec Trading and Ipo" du 30/09/2013 qui permet de décrypter en profondeur l'historique d'Artprice et ses développements futurs : http://www.actusnews.com/communique.php?ID=ACTUS-0-33600

A propos d'Artprice :

Artprice, avec plus de 14 ans de communication réglementée sur l'Eurolist, se fait un point d'honneur à produire toute l'information nécessaire aux professionnels des Marchés financiers, mais aussi aux néophytes du Marché de l'Art. Toutes les questions des 18 000 actionnaires d'Artprice trouvent systématiquement leurs réponses dans l'information réglementée d'Artprice qu'elle diffuse en ligne sur Internet sur son propre site, http://www.artprice.com, et sur celui de son diffuseur homologué par l'AMF, ActusNews (http://www.actusnews.com).

Artprice est le leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l'Art avec plus de 30 millions d'indices et résultats de ventes couvrant plus de 500 000 Artistes. Artprice Images(R) permet un accès illimité au plus grand fonds du Marché de l'Art au monde, bibliothèque constituée de 108 millions d'images ou gravures d'oeuvres d'Art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens. Artprice enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 4 500 Maisons de ventes et publie en continu les tendances du Marché de l'Art pour les principales agences et 6 300 titres de presse dans le monde. Artprice met à la disposition de ses 2 500 000 Membres (members log in), les annonces déposées par ses Membres, qui constituent, désormais, la première Place de Marché Normalisée® mondiale pour acheter et vendre des œuvres d'Art à prix fixe ou aux enchères (enchères réglementées par les alinéas 2 et 3 de l'article L 321.3 du code du commerce).

Artprice est cotée sur Eurolist by Euronext Paris, SRD long only et: Euroclear : 7478 - Bloomberg : PRC - Reuters : ARTF

Sommaire des communiqués d'Artprice : http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm

Découvrir l'alchimie et l'univers d'Artprice http://web.artprice.com/video dont le siège social est le célèbre Musée d'art contemporain Abode of Chaos / Demeure du Chaos. http://goo.gl/zJssd

Suivre en temps réel toute l'actualité du Marché de l'Art avec Artprice sur Twitter et Facebook :

http://twitter.com/artpricedotcom

https://www.facebook.com/artpricedotcom

A propos de la volatilité du cours de bourse d'Artprice et des forts volumes quotidiens indépendants d'Artprice, la société  renvoie le lecteur au document de référence Artprice 2012 déposé à l'A.M.F  le 1/10/2013 sur le chapitre 4.1 et suivant facteurs " Risques de Marché" et notamment sur le "Risques actions" 4.1.3 et suivants. De même, Artprice souligne le très grave problème que constitue le principal forum français Boursorama Banque sur Artprice, objet quotidien de fausses informations et de violations répétées du Code Monétaire et Financier (qui sont traitées en détail avec les procédures judiciaires en cours dans le document de référence 2012 chapitre 4.3.22)" Risques liés aux Forums de bourse parlant d'Artprice et principalement le forum Boursorama en infraction avec le code monétaire et financier" page 46 à 49 en ligne sur le diffuseur homologué par l'AMF, http://www.actusnews.com.

Contact : Josette Mey : e-mail : ir@artprice.com

More Stories By PR Newswire

Copyright © 2007 PR Newswire. All rights reserved. Republication or redistribution of PRNewswire content is expressly prohibited without the prior written consent of PRNewswire. PRNewswire shall not be liable for any errors or delays in the content, or for any actions taken in reliance thereon.

Cloud Expo Breaking News
Next-Gen Cloud. Whatever you call it, there’s a higher calling for cloud computing that requires providers to change their spots and move from a commodity mindset to a premium one. Businesses can no longer maintain the status quo that today’s service providers offer. Yes, the continuity, speed, mobility, data access and connectivity are staples of the cloud and always will be. But cloud providers that plan to not only exist tomorrow – but to lead – know that security must be the top priority for the cloud and are delivering it now. In his session at 14th Cloud Expo, Kurt Hagerman, Chief Information Security Officer at FireHost, will detail why and how you can have both infrastructure performance and enterprise-grade security – and what tomorrow's cloud provider will look like.
The social media expansion has shown just how people are eager to share their experiences with the rest of the world. Cloud technology is the perfect platform to satisfy this need given its great flexibility and readiness. At Cynny, we aim to revolutionize how people share and organize their digital life through a brand new cloud service, starting from infrastructure to the users’ interface. A revolution that began from inventing and designing our very own infrastructure: we have created the first server network powered solely by ARM CPU. The microservers have “organism-like” features, differentiating them from any of the current technologies. Benefits include low consumption of energy, making Cynny the ecologically friendly alternative for storage as well as cheaper infrastructure, lower running costs, etc.
Cloud backup and recovery services are critical to safeguarding an organization’s data and ensuring business continuity when technical failures and outages occur. With so many choices, how do you find the right provider for your specific needs? In his session at 14th Cloud Expo, Daniel Jacobson, Technology Manager at BUMI, will outline the key factors including backup configurations, proactive monitoring, data restoration, disaster recovery drills, security, compliance and data center resources. Aside from the technical considerations, the secret sauce in identifying the best vendor is the level of focus, expertise and specialization of their engineering team and support group, and how they monitor your day-to-day backups, provide recommendations, and guide you through restores when necessary.
Web conferencing in a public cloud has the same risks as any other cloud service. If you have ever had concerns over the types of data being shared in your employees’ web conferences, such as IP, financials or customer data, then it’s time to look at web conferencing in a private cloud. In her session at 14th Cloud Expo, Courtney Behrens, Senior Marketing Manager at Brother International, will discuss how issues that had previously been out of your control, like performance, advanced administration and compliance, can now be put back behind your firewall.
Cloud scalability and performance should be at the heart of every successful Internet venture. The infrastructure needs to be resilient, flexible, and fast – it’s best not to get caught thinking about architecture until the middle of an emergency, when it's too late. In his interactive, no-holds-barred session at 14th Cloud Expo, Phil Jackson, Development Community Advocate for SoftLayer, will dive into how to design and build-out the right cloud infrastructure.
The revolution that happened in the server universe over the past 15 years has resulted in an eco-system that is more open, more democratically innovative and produced better results in technically challenging dimensions like scale. The underpinnings of the revolution were common hardware, standards based APIs (ex. POSIX) and a strict adherence to layering and isolation between applications, daemons and kernel drivers/modules which allowed multiple types of development happen in parallel without hindering others. Put simply, today's server model is built on a consistent x86 platform with few surprises in its core components. A kernel abstracts away the platform, so that applications and daemons are decoupled from the hardware. In contrast, networking equipment is still stuck in the mainframe era. Today, networking equipment is a single appliance, including hardware, OS, applications and user interface come as a monolithic entity from a single vendor. Switching between different vendor'...
More and more enterprises today are doing business by opening up their data and applications through APIs. Though forward-thinking and strategic, exposing APIs also increases the surface area for potential attack by hackers. To benefit from APIs while staying secure, enterprises and security architects need to continue to develop a deep understanding about API security and how it differs from traditional web application security or mobile application security. In his session at 14th Cloud Expo, Sachin Agarwal, VP of Product Marketing and Strategy at SOA Software, will walk you through the various aspects of how an API could be potentially exploited. He will discuss the necessary best practices to secure your data and enterprise applications while continue continuing to support your business’s digital initiatives.
You use an agile process; your goal is to make your organization more agile. What about your data infrastructure? The truth is, today’s databases are anything but agile – they are effectively static repositories that are cumbersome to work with, difficult to change, and cannot keep pace with application demands. Performance suffers as a result, and it takes far longer than it should to deliver on new features and capabilities needed to make your organization competitive. As your application and business needs change, data repositories and structures get outmoded rapidly, resulting in increased work for application developers and slow performance for end users. Further, as data sizes grow into the Big Data realm, this problem is exacerbated and becomes even more difficult to address. A seemingly simple schema change can take hours (or more) to perform, and as requirements evolve the disconnect between existing data structures and actual needs diverge.
SYS-CON Events announced today that SherWeb, a long-time leading provider of cloud services and Microsoft's 2013 World Hosting Partner of the Year, will exhibit at SYS-CON's 14th International Cloud Expo®, which will take place on June 10–12, 2014, at the Javits Center in New York City, New York. A worldwide hosted services leader ranking in the prestigious North American Deloitte Technology Fast 500TM, and Microsoft's 2013 World Hosting Partner of the Year, SherWeb provides competitive cloud solutions to businesses and partners around the world. Founded in 1998, SherWeb is a privately owned company headquartered in Quebec, Canada. Its service portfolio includes Microsoft Exchange, SharePoint, Lync, Dynamics CRM and more.
The world of cloud and application development is not just for the hardened developer these days. In their session at 14th Cloud Expo, Phil Jackson, Development Community Advocate for SoftLayer, and Harold Hannon, Sr. Software Architect at SoftLayer, will pull back the curtain of the architecture of a fun demo application purpose-built for the cloud. They will focus on demonstrating how they leveraged compute, storage, messaging, and other cloud elements hosted at SoftLayer to lower the effort and difficulty of putting together a useful application. This will be an active demonstration and review of simple command-line tools and resources, so don’t be afraid if you are not a seasoned developer.
SYS-CON Events announced today that BUMI, a premium managed service provider specializing in data backup and recovery, will exhibit at SYS-CON's 14th International Cloud Expo®, which will take place on June 10–12, 2014, at the Javits Center in New York City, New York. Manhattan-based BUMI (Backup My Info!) is a premium managed service provider specializing in data backup and recovery. Founded in 2002, the company’s Here, There and Everywhere data backup and recovery solutions are utilized by more than 500 businesses. BUMI clients include professional service organizations such as banking, financial, insurance, accounting, hedge funds and law firms. The company is known for its relentless passion for customer service and support, and has won numerous awards, including Customer Service Provider of the Year and 10 Best Companies to Work For.
Chief Security Officers (CSO), CIOs and IT Directors are all concerned with providing a secure environment from which their business can innovate and customers can safely consume without the fear of Distributed Denial of Service attacks. To be successful in today's hyper-connected world, the enterprise needs to leverage the capabilities of the web and be ready to innovate without fear of DDoS attacks, concerns about application security and other threats. Organizations face great risk from increasingly frequent and sophisticated attempts to render web properties unavailable, and steal intellectual property or personally identifiable information. Layered security best practices extend security beyond the data center, delivering DDoS protection and maintaining site performance in the face of fast-changing threats.
From data center to cloud to the network. In his session at 3rd SDDC Expo, Raul Martynek, CEO of Net Access, will identify the challenges facing both data center providers and enterprise IT as they relate to cross-platform automation. He will then provide insight into designing, building, securing and managing the technology as an integrated service offering. Topics covered include: High-density data center design Network (and SDN) integration and automation Cloud (and hosting) infrastructure considerations Monitoring and security Management approaches Self-service and automation
In his session at 14th Cloud Expo, David Holmes, Vice President at OutSystems, will demonstrate the immense power that lives at the intersection of mobile apps and cloud application platforms. Attendees will participate in a live demonstration – an enterprise mobile app will be built and changed before their eyes – on their own devices. David Holmes brings over 20 years of high-tech marketing leadership to OutSystems. Prior to joining OutSystems, he was VP of Global Marketing for Damballa, a leading provider of network security solutions. Previously, he was SVP of Global Marketing for Jacada where his branding and positioning expertise helped drive the company from start-up days to a $55 million initial public offering on Nasdaq.
Performance is the intersection of power, agility, control, and choice. If you value performance, and more specifically consistent performance, you need to look beyond simple virtualized compute. Many factors need to be considered to create a truly performant environment. In his General Session at 14th Cloud Expo, Marc Jones, Vice President of Product Innovation for SoftLayer, will explain how to take advantage of a multitude of compute options and platform features to make cloud the cornerstone of your online presence.